Sophie Lufkin

photo placeholder image

Collaboratrice scientifique

sophie.lufkin@epfl.ch +41 21 69 33238

EPFL ENAC IA LAST
BP 2226 (Bâtiment BP)
Station 16
CH-1015 Lausanne

+41 21 69 33238
Site web: http://last.epfl.ch
Unité: LAST
Local: BP 2226

Unité: SAR-ENS

Données administratives

Publications

Enseignement & Phd

Enseignement

  • Architecture,

Programmes doctoraux

Doctorants

Recherche

Symbiotic Districts

Symbiotic Districts - Innovative design strategies for local energy and resource self-reliance at the district scale by integrating issues related to buildings, infrastructures, mobility and food Dans un contexte marqué par l’élaboration croissante de stratégies visant au développement durable de l'environnement construit, la réduction de la consommation énergétique apparaît comme un enjeu prioritaire. Réagissant à ce constat, le projet Symbiotic Districts vise à développer une nouvelle méthodologie de conception et de calcul pour la création de quartiers symbiotiques dans le contexte urbain suisse. La recherche explorera simultanément les dimensions scientifiques, techniques, urbanistiques et architecturales qui influencent l'autonomie énergétique à l’échelle du quartier. La transposition des outils de l'écologie industrielle au domaine de la planification urbaine permettra de prendre en considération les enjeux énergétiques relatifs aux secteurs de l'habitat, des activités, des infrastructures, de la mobilité et de l’alimentation. http://cross.epfl.ch/files/content/sites/cross/files/resume_symbiotic_districts_Rey.pdf

SIPRIUS

SIPRIUS - Système d'indicateurs opérationnels pour l'intégration de la durabilité aux projets de régénération de friches urbaines L’étalement urbain entraîne non seulement une utilisation peu rationnelle du sol et une pression grandissante sur le paysage, mais également un accroissement des coûts d’infrastructures et des impacts sur l’environnement. Face à ces effets en contradiction avec les principes d'équilibre à long terme sous-tendu pour le concept de développement durable, un consensus se dégage progressivement pour réorienter le développement du bâti vers l’intérieur et pour favoriser les processus de densification urbaine. Dans une optique de durabilité, ce retour en ville ne se limite cependant de loin pas aux seuls aspects quantitatifs et soulève également de nombreuses questions d’ordre qualitatif, relatives à des préoccupations à la fois environnementales, socioculturelles et économiques. Parallèlement, l'accélération des changements de localisation et d'organisation des activités humaines, notamment industrielles, ferroviaires, militaires, portuaires et infrastructurelles, tend à multiplier depuis quelques décennies les situations de déséquilibre entre le cadre bâti et ses fonctionnalités. Il en résulte une part grandissante de territoires délaissés qui, bien que situés souvent à proximité des centres villes, revêtent un caractère de friches urbaines. Dans ce contexte, les friches urbaines constituent un potentiel intéressant de surfaces à reconquérir. Leur régénération peut en effet permettre d'envisager simultanément une densification à l'intérieur du tissu déjà bâti et une revitalisation de certaines portions de villes et d'agglomérations. Si, depuis une dizaine d'années, le démarrage d'un certain nombre de projets de ce type peut être observé dans les agglomérations suisses et européennes, force est de constater que beaucoup d'entre eux ne se rattachent le plus souvent que de manière implicite ou superficielle à la notion de développement durable. Or, l'intégration de la durabilité à la régénération de friches urbaines ne se limite de loin pas à la seule question de la densité. Elle implique une recherche proactive d’une qualité globale, intégrée de manière volontariste à la dynamique du projet, et un suivi continu des multiples dimensions de la durabilité. Ces objectifs se traduisent notamment par une augmentation ciblée de la densité à proximité des transports publics, une valorisation accrue de ressources locales (sol, énergies renouvelables, eau, biodiversité), une optimisation des performances du bâti, une amélioration de la qualité de vie (espaces publics, bien-être, confort, sécurité) et un accroissement de la mixité fonctionnelle, sociale et intergénérationnelle. Réagissant à ce constat, la présente recherche vise à contribuer à une intégration accrue de la durabilité aux projets de régénération des friches urbaines par l'élaboration d'un système d'indicateurs environnementaux, socioculturels et économiques permettant une évaluation structurée et continue (monitoring) de ce type d'opérations. Des recherches préliminaires ont permis de déterminer un premier catalogue de critères et d'indicateurs à partir des caractéristiques propres à ce type d'opérations et de réaliser une première application-test sur un projet en cours de réalisation en Suisse. S'inscrivant dans la continuité de ces travaux, l'objectif de la présente recherche est de parvenir à l'élaboration d'un système d'indicateurs opérationnels, c'est-à-dire intégrés dans un outil numérique de monitoring et applicables à une multitude de projets de ce type. La recherche inclut ainsi un processus de validation du système d'indicateurs opérationnels par son application sur des études de cas sélectionnés dans plusieurs villes suisses et européennes. La présente recherche offrira ainsi des bases utiles pour les acteurs impliqués dans le pilotage de tels projets et visant une intégration accrue des critères de durabilité à leur dynamique. http://p3.snf.ch/Project-143376

Densification des friches ferroviaires

PNR54 - Développement durable de l'environnement construit Potentiel de densification des friches ferroviaires en Suisse Les préoccupations environnementales, sociales et économiques associées au développement durable de l’environnement construit remettent en question de manière croissante le modèle de développement territorial basé sur l’étalement urbain. Parallèlement, les dynamiques de délocalisation d’activités – industrielles notamment – ont libéré un certain nombre de terrains au cœur des agglomérations, qui jouissent pourtant d’une haute accessibilité et d’une forte centralité. Dans ce contexte, la reconquête des friches ferroviaires constitue l’une des stratégies les plus aptes à favoriser une densification vers l’intérieur. Elles représentent un réservoir de terrains susceptibles de favoriser un meilleur amarrage entre urbanisation et transports publics. Pourtant, de nombreux obstacles s’opposent encore à la réalisation de cet objectif. Réagissant à ce constat, la présente recherche analyse les conditions nécessaires pour que ces lieux soient appropriés par tous les acteurs concernés et vise à mettre en évidence les programmes pertinents pour y développer de la « ville compacte », attrayante pour l’habitat et propice au déploiement d’activités sociales et culturelles. Dans le cadre de la recherche, nous étudions l’axe ferroviaire Genève – Saint-Gall, qui traverse la Suisse d’Ouest en Est. Quels sont les programmes pertinents ? Quelles spécificités liées au lieu sont à intégrer dans la réflexion ? Par le biais d’une typologie multicritère, qui s’appuie sur des méthodes de représentation innovantes, le travail explore différentes dimensions pour s’affranchir d’une logique strictement économique. Lien: http://www.nfp54.ch/f_projekte_infrastruktur.cfm?Projects.Command=details&get=4&kati=1